PRESS – DECEMBER 2014

« Un spectacle musical et visuel inclassable »

« Dans une mise en scène truffée d’humour, le pianiste plus que sportif joue à toute vitesse et dans tous les sens les premières aventures de sa vie /…/ Carnet de notes est un ovni à partager en famille » – Angers ma ville N°26 – 17 décembre 2014 - Lire l’article complet

« Un concert pas comme les autres »

« Le talentueux pianiste repousse les codes traditionnels du piano avec une facilité déconcertante rendant l’écoute de l’instrument accessible à tous. Le public ne lui résiste pas, il le fait chanter et même danser sur scène pour un slow revisité. Durant plus d’une heure les spectateurs en prennent plein les oreilles et les yeux avec une muse en scène pleine d’humour ». – Courrier de l’Ouest – 8 décembre 2014 - Lire l’article complet

« Le spectacle « Carnet de notes » pour piano revisite les classiques avec une énergie débordante »

« Entre concert et comédie, entre morceaux classiques et bandes originales de films, entre récit et fiction, Carnet de Notes pour piano est un spectacle musical inclassable, plein d’audace et de fantaisie ! – Maine&Loire – 9 décembre 2014 Lire l’article complet

« Le pianiste Pierre-Yves Plat a épaté le public »

« Prestation virtuose, vendredi soir aux Dames, du pianiste Pierre-Yves Plat, devant un parterre conquis par son spectacle « Carnet de notes » /…/ Un « Carnet de notes » rempli de beaux moments, de prouesses techniques mais aussi d’émotion comme le très espiègle morceau d’adieu ». – Ouest France – 8 décembre 2014 Lire l’article complet

« Des notes inclassables »

« Ce concert-spectacle fait de la musique une comédie et tire parti de bien des arts. Le pianiste et comédien Pierre-Yves Plat est à saluer dans cette performance solo énergique /…/ A mi-chemin entre le spectacle musical intéracif et le ciné-concert, « Carnet de notes » nous fait bourlinguer dans nos propres exp »rinces et références musicales, au fil d’un carnet de voyage en tableaux ». – Scéno – 14 décembre 2014 Lire l’article complet

JUILLET 2014

« Des milliers de personne sous le charme »

« Le public n’a pas regretté sa soirée /… / De quoi ne laisser personne indifférent » – L’Echo Républicain Lire l’article complet

MARS 2014

« Cette représentation mêle la comédie, le conte moderne mais également le souvenir, le tout orchestré par la musique de Pierre-Yves Plat /…/ Ce carnet de voyage et journal intime a réussi à conquérir son public grâce à son humour et sa fraîcheur.«  Courrier de l’Ouest – Mars 2014 Lire l’article complet

SEPTEMBRE 2013

« Pierre Yves Plat a conquis les 320 auditeurs. En effet, ce facétieux pianiste, en quelques minutes, a été capable de mixer un prélude de Bach et un air de variété bien connu. » – La Nouvelle République (Montbazon – Indre-et-Loire)

« Hilarante prestation que celle de Pierre-Yves Plat dans le nouvel espace Atout cœur, ce samedi 21 septembre, à 21 h, venant en conclusion de l’inauguration de cette toute nouvelle salle qui répond à l’attente du public et des mélomanes.
La commune et son maire Bernard Revêche ont eu la main heureuse en choisissant ce génial improvisateur et arrangeur, volontiers iconoclaste maniant l’humour par petites touche pendant plus d’une heure de spectacle.
Pierre Yves Plat a conquis les 320 auditeurs. En effet, ce facétieux pianiste, en quelques minutes, a été capable de mixer un prélude de Bach et un air de variété bien connu. Tout en revisitant les tempos, il donne à une fantaisie de Mozart des allures spécifiques de jazz. Virtuose, mais aussi comédien, il a le don de transgresser les barrières musicales, ce qui a eu pour effet d’étonner les spectateurs. Afin d’agrémenter son show, il n’hésite pas à se déchausser, à jouer avec les pieds et à utiliser le coude afin de donner plus de puissance à son piano.
Ses commentaires au second degré et son énergie ont fait rire une assistance très réceptive, qui a repris en chœur l’«Ave Maria » de Gounod et « La Vie en rose ». Au final un concert splendide unanimement salué par une standing ovation.« 
La Nouvelle République (Montbazon – Indre-et-Loire) - Lire l’article complet

JUIN 2013

« Pierre-Yves Plat emmenait les enfants hospitalisés à l’hôpital Femme-Mère-Enfant (HFME) dans un programme musical entre classique et jazz avec de l’humour, petits clins d’œil de comptines pour enfants afin de les faire chanter pour un moment d’évasion /…/ Un artiste avec un vrai talent qui n’a pas échappé aux enfants qui l’ont vivement applaudi et entouré à la fin du spectacle /…/ Un deuxième pianiste, non moins talentueux, Alexandre Tharaud a participé à ce programme musical organisé par « Kiwi organisation », association ayant pour but de créer et d’organiser des évènements culturels abordant différents domaines auprès d’enfants et d’adolescents encadrés par des structures éducatives, associatives, médicales et/ou sociales. » Le Progrès - Lire l’article complet

MAI 2013

« Fabrice Eulry et Pierre-Yves Plat en concert au Festival Jazz pourpre à Bergerac /…/Le spectacle porte l’assemblée à ébullition. Spectacle, car le visuel est, en l’occurrence, inséparable de la musique avec laquelle il fait corps, tant les gags dont ils émaillent leurs interprétations viennent souligner une indéniable virtuosité instrumentale. Un concert exceptionnel avec deux artistes de talents. » Jazz magazine – JAZZMAN – Lire l’article complet

MARS 2013

« Pierre-Yves Plat a brûlé les planches du Carré. L’artiste a le don de créer tout de suite l’empathie avec le public. Un sourire malicieux aux lèvres, il sait communiquer son goût du show et du rythme. » Ouest France - Lire l’article complet

NOVEMBRE 2012

« Génial improvisateur, volontiers iconoclaste, humoriste, cet étonnant pianiste sait, à merveille, conquérir le plus réticent de ses auditeurs. En un instant, il est tout à fait capable de mélanger un prélude de Bach et un air de variété. De donner à une Fantaisie de Chopin, à une sonate de Mozart les allures syncopées du jazz. Son aptitude à revisiter les tempos, à passer en un instant d’un genre musical à l’autre est étonnante. Pianiste virtuose, Pierre-Yves Plat démontre en fait que tout est dans tout et sur- tout qu’il n’y a pas de barrière entre les différents genres musicaux.

Un vrai show ! Pour agrémenter encore son show, il n’hésite pas à se déchausser, à jouer avec les pieds et même les doigts de pieds ou à utiliser son coude pour donner encore plus de puissance à son piano. Un porte-manteau et son instrument devient un curieux bastringue. Ses mimiques, ses commentaires au second degré font rire le public. Pierre-Yves Plat est aussi bon comédien que bon pianiste. Son énergie nous émerveille tout comme son éclectisme. Une ou deux fois, il invite le public à chanter l’Ave Maria de Gounod. Une expérience impromptue mais réussie. Pour terminer, il reçoit non pas des fleurs mais un panier garni de spécialités bretonnes. En guise de merci, il se lance dans une Gymnopédie d’Erik Satie, revue et corrigée bien entendu. » – « Du jazz à l’humour » – Le Télégramme – Novembre 2012

NOVEMBRE 2011

 » Pierre-Yves Plat qui pendant 1 heure a régalé l’assistance. /…/ Un concert splendide unanimement salué par une standing ovation ! » First Paris Class

Lire l’article complet

Voir les photos

OCTOBRE 2011

 » Atelier Charonne : Pierre-Yves Plat dépoussière le classique « 

Lire l’article

AVRIL 2011

 » Coup de pied à la Lune en folie majeure
Pierre-Yves Plat connaît ses classiques sur le bout des doigts et nous le fait savoir. Il est bon d’écouter (et de regarder, car il y a à voir !) les airs archiconnus comme La Marche turque, la Sonate au clair de lune, la 5e symphonie de Beethoven se transforment en Ragtime ou Boogie-Woogie délirant.
Le concert produit au théâtre des déchargeurs (la dernière était ce soir, dommage aux non avertis !) est un vrai spectacle bâti par Philippe Chauveau.
En plus des arrangements musicaux très singuliers réalisés par Pierre Yves Plat, on constate une vraie dimension visuelle qui matérialise la sensibilité et de l’artiste.
Le décor est bricolé et c’est plaisant, un piano-machine à écrire, des lettres qui défilent au mur alors que les « mains en pleurs » du pianiste galopent sur les touches.
Même si, il semble que l’on nous donne un peu trop à voir (comme si la musique ne suffisait pas à nous séduire) l’idée marche, la salle est comble, le public comblé, et quand on en redemande, Pierre Yves Plat nous fait un pied de nez.
Permettez-moi… oh, mais oui, faites donc !
Un grand merci au théâtre des Déchargeurs d’accueillir des spectacles de qualité et puis, d‘y inviter ActuaLittré ! « 
ActuaLittré

Lire l’article complet

MARS 2011

« Un pianiste à la frontière entre deux mondes
Toujours en mouvement, Pierre-Yves Plat invite aux voyages avec humour et vivacité. » Les nouvelles de Versailles

Lire l’article complet

FEVRIER 2011

« Vous n’entendez rien à la musique ? Qu’à cela ne tienne. Regardez-la ! Beuh… Comment ? Rien de plus simple : vous prenez comme ingrédient un pianiste à la bille de clown tel que Pierre-Yves Plat. Saupoudrez-le d’une mise en scène (imagination garantie !) de Philippe Chauveau. Mélangez énergiquement le tout. Vous aurez le spectacle d’un virtuose bien frappé. Une soirée des plus jouissives, tous les lundis aux Déchargeurs… ». Les trois coups

Lire l’article complet

JANVIER 2011

« On hurle de rire, on craque pour la virtuosité du musicien, trentenaire délicieux, pour son humour et sa fantaisie… » Monde et vie

Lire l’article complet

AOUT 2010

« On s’en souviendra de la présence, des prestations, du spectacle-concert de Pierre-Yves Plat /…/ Quel artiste, quel virtuose, quel jeu de scène, aussi, chez ce jeune homme de pas même 30 ans /…/ L’écran géant installé en plein air nous montrait deux mains courant sur le clavier, se chevauchant ou caressant les touches de ses dix doigts avant de s’emballer et de revenir, en douceur, à la composition classique. » La Tribune

Lire l’article complet

« … la virtuosité d’un artiste original, qui semble jouer à plusieurs mains, et qui joue aussi avec le pied, pour triturer des musiques classiques à sa façon. Bach, Chopin « cuisinés » façon jazz, salsa ou ragtime, quand l’interprétation est sans faille et en plus humoristique, ça devient irrésistible. Les longs applaudissements du public en firent foi. » La Provence

Lire l’article complet

JUILLET 2010

« Les variations musicales de Pierre-Yves Plat ont enthousiasmé le public, épaté par ses interprétations et son talent servis avec humour et fantaisie… » Le Dauphiné Libéré / Vaucluse

Lire l’article complet

JANVIER 2010

 » C’est le pianiste qui monte : partout où il passe, Pierre-Yves Plat, Chesnaysien, repart sous les acclamations du public et des mélomanes. Il s’est mis à l’âge de cinq ans au piano classique, mais laisse, au fil des années, son sens du rythme prendre le dessus. Libres réinterprétations de Bach et Chopin, improvisations, mélanges des maîtres, de Chopin à Ray Charles… Pierre-Yves Plat séduit et ne laisse plus personne indifférent ». Les Nouvelles de Versailles

Lire l’article complet

DÉCEMBRE 2009

 » Un virtuose aux mains d’or /…/ étonnant et époustouflant /…/ autant pianiste que comédien, le diablotin se joue de sa formation classique en réécrivant les partitions de Chopin, Mozart ou encore Korsakov pour leur donner des accents jazzy ». Ouest France

Lire l’article complet

 » La salle du Roudour a fait le plein vendredi, pour applaudir le talentueux et facétieux Pierre-Yves Plat. 300 spectateurs environ pour une soirée destinée aux œuvres humanitaires de quelques associations locales ». Le Télégramme

Lire l’article complet

JUILLET 2009

Article paru sur le site …

MARS 2009

« Dès le premier morceau, la centaine de spectateurs présente au concert a été envoûtée par le jeu et le charisme de Pierre-Yves Plat. Car ce musicien joue. Dans tous les sens du terme. /…/ Pierre-Yves Plat a définitivement conquis son public lors de sa magnifique interprétations des Danses hongroises, de Brahms. Une standing-ovation lui a été réservée à la fin de son spectacle. » L’écho

Lire l’article complet

MAI 2008

« Régulièrement la salle de concert se remplit et sans que l’on s’en fût rendu compte elle est comble. /…/
Le moment tant attendu est arrivé. Pierre-Yves PLAT rentre en scène : je devrais dire bondit sur scène tel un lutin espiègle et malicieux. De son regard aigu et rieur, pénétré de gentillesse et d’humour il prend contact avec ceux qui pour un soir constitueront « son public ».
Il présente en termes simples et bien choisis comment se déroulera un concert qui, nous le pressentions bien, ne sera pas comme les autres. Pierre-Yves Plat s’installe devant le clavier de l’excellent Yamaha.
Quelques exercices de décontraction des cervicales, quelques mouvements d’assouplissement des épaules des bras, de décrispation des poignets, d’étirement des doigts… Le ton est donné. Le voyage peut commencer. Tout de suite la magie s’opère.
Exécution brillante d’un ragtime et sans transition nous sommes plongés dans une Fantaisie impromptue de Frédéric Chopin : le phrasé est pur, le toucher sensible et nuancé, la technique est parfaite et puis nous voici subitement entraînés dans un boogie-woogie déroutant (quelle fascinante main gauche !), et sans pour autant que nous perdions de vue les thèmes de la Fantaisie.
Il en ira ainsi durant tout le concert : Bach, Mozart, Beethoven, Rachmaninov seront tour à tour abordés, transformés en passant de l’interprétation purement classique aux rythmes de la valse, du tango, du boogie-woogie, du ragtime sans oublier un clin d’œil au style si particulier de Glenn Gould. Nous vivons des moments privilégiés de vrai bonheur. Les commentaires pénétrés d’humour de Pierre-Yves Plat ponctuent et jalonnent le cheminement du concert. Le public est attentif, conquis, subjugué…
Et puis nous vivons un grand moment : Pierre-Yves PLAT entonne « La Vie en Rose » et réussit le tour de force de faire chanter toute l’assistance.. Comment parvient-il à faire chanter juste plus de 300 choristes inattendus, à leur imposer de subtiles nuances en passant du fortissimo au mezza-voce et en allant même jusqu’au murmure fredonné ? C’est de l’émotion à l’état pur. Inutile de vous dire le tonnerre d’applaudissements à la fin du concert. Une soirée à marquer d’une pierre blanche. /…/ » Jean-Philippe Le Goareguer – Rotary Club de Lannion

AOUT 2007

« …Le 5 mai, au théâtre Montansier, en première partie, Pierre-Yves Plat (p), est déjà apprécié du public versaillais, ce qu’on comprend après écoute. En quelques secondes, il met la salle dans sa poche avec un numéro de haute voltige qui consiste à passer de Chopin au boogie avec éclat et un humour de tous les instants. Il fait penser au Marx Brothers, et son traitement burlesque de Bach, Beethoven, Chopin, Brahms, façon jazz et latin libère les applaudissements. En seconde partie, Claude Bolling, en solo, lui aussi. /…/ » Michel Bedin, Jazz hot, n°641

CINÉMA (+DVD)

« Un Bonheur n’arrive jamais seul » (avec Gad Elmaleh et Sophie Marceau)

Les mains de Gad Elmaleh sont doublées par celles de Pierre-Yves Plat.

Les « improvisations » du personnage principal, Sacha (joué par Gad Elmaleh dans le film) sont toutes des arrangements ou créations musicales de Pierre-Yves Plat. On retrouve ainsi la Fantaisie-Impromptu de Frédéric Chopin lors du générique de début, l’Étude Révolutionnaire ainsi que la Marche Turque de Wolfgang Amadeus Mozart ou encore une recréation autour de la suite pour violoncelle de Bach, son premier prélude et l’Ave Maria de Gounod.

LA FANTAISIE-IMPROMPTU dans UN BONHEUR N’ARRIVE JAMAIS SEUL

Sacha aime ses amis, son piano, la fête. La nuit, il joue dans un club de jazz et séduit des jolies filles. Il vit dans l’instant, pour le plaisir. Sans réveil-matin, sans alliance, sans impôt.
Charlotte a trois enfants, deux ex-maris et une carrière professionnelle à gérer. Elle n’a aucune place pour une histoire d’amour. Tout les oppose. Ils n’ont rien à faire ensemble… Un film de James Huth avec Sophie Marceau et Gad Elmaleh. (2012)

TÉLÉVISION

LE 19-20 (FRANCE 3)

Pierre-Yves Plat emmenait les enfants hospitalisés à l’hôpital Femme-Mère-Enfant (HFME) dans un programme musical entre classique et jazz avec de l’humour, petits clins d’oeil de comptines pour enfants afin de les faire chanter pour un moment d’évasion. (2013)

19.45 (M6)

Illustration du bicentenaire de la naissance de Chopin 

A l’occasion du bicentenaire de la naissance de Chopin, M6 dans le cadre de son JT du week end (6 février 2010) consacre une plage spéciale à Frédéric Chopin. C’est au pianiste Pierre-Yves Plat que la chaine de télévision a demandé dillustrer l’influence que le compositeur de génie a encore actuellement aussi bien dans le domaine de la variété ou de la chanson française (avec Gainsbourg notamment sur le prélude n°4 en mi mineur) que dans celui du monde du disco (avec Donna Summer à travers le prélude n°20 en do mineur) ou encore du jazz avec les arrangements révolutionnaires proposés par notre pianiste. (2010)

CHAINE HISTOIRE (+DVD)

 Un documentaire de Patrick Buisson réalisé par Guillaume Laidet et présenté par Laurent Deutsch.

La musique de ce documentaire a été entièrement composée par Pierre-Yves Plat.

50 ans après sa mort, Le Paris de Céline propose pour la première fois d’explorer le Paris de Louis-Ferdinand Céline. Un voyage, en compagnie de Lorent Deutsch, au cœur des lieux céliniens les plus emblématiques, du passage Choiseul à Clichy, de Montmartre à Meudon. Pour faire revivre ce Paris aujourd’hui presque entièrement disparu, le comédien passionné par la capitale se fait tour à tour lecteur des grands textes de Céline se rapportant à chaque lieu, et guide dévoilant à l’aide de nombreuses anecdotes ce qu’y fut la vie de l’écrivain et de ceux qui le côtoyèrent.

Grâce à une riche iconographie mêlant des reproductions de dessins de Tardi et de grands peintres montmartrois, des gouaches de Gen Paul, des photos et extraits de films d’époque ainsi que des archives audiovisuelles souvent insolites parfois inédites, Lorent Deutsch nous embarque au cœur du Paris du plus grand et du plus infréquentable des écrivains français du XXème siècle. (2013)