PARCOURS

Le pianiste Pierre-Yves Plat échappe aux étiquettes : son répertoire nous emmène de Chopin à Ray Charles, de Bach à Stevie Wonder et réserve bien des surprises. Pierre-Yves Plat enchante son public par sa virtuosité, sa fantaisie et son humour. Il propose une traversée musicale entre classique et jazz, une véritable récréation.

Sous ses doigts, les grands classiques tels La Sonate au clair de lune, les Gymnopédies ou La Marche turque s’emballent, se libèrent, se colorent d’accents tziganes, rock’n roll ou swing mêlant tous les styles musicaux dans un grand tourbillon étourdissant.

Encouragé par le musicien facétieux, le public marque le rythme, s’amuse à reconnaître des airs cachés, à retrouver la trace d’un thème classique et à chanter spontanément. C’est un vrai show, parfois acrobatique, toujours bon enfant, dont on sort ravi et euphorique.

Pierre-Yves Plat donne une centaine de concerts-spectacles chaque année en France et à l’étranger. Il a partagé des scènes pretigieuses avec Claude Bolling, François-René Duchâble, Alexandre Tharaud, Jean-Marc Luisada, Nicolas Stavy. Au cinéma, il a prêté ses mains à Gad Elmaleh et aux deux singes de Monkey Symphony. Il compose des musiques pour des documentaires (Le Paris de Céline) et accompagne en live des films muets. Il est allé jusqu’à faire chanter 8000 personnes aux Chorgies d’Orange.

Sa spécialité : adapter les oeuvres « classiques » en Jazz. Sa dextérité et son swing époustouflants en font certainement l’un des pianistes les plus doués de sa génération.

SPECTACLE « Classique ou Jazz »

affiche-pianosolo-light

De Chopin à Ray Charles en passant par Bach, Beethoven ou encore Steevy Wonder, l’artiste s’amuse beaucoup sur scène.

Classique ou jazz ? Pierre-Yves Plat échappe aux étiquettes. Tantôt il jette un œil goguenard à son public, tantôt il se crispe sur un accord, sur une note et conserve sa position l’espace de quelques secondes, comme en recherche d’équilibre. Entre deux accords, il réajuste la position de son tabouret, s’essuie le front, en profite même pour faire chanter le public!

Bref, il donne une grande liberté à son jeu qui, du coup, semble facile…

Pierre-Yves Plat réussit une traversée musicale entre humour et fantaisie, classique et jazz ; un véritable show !

Booking

Pierre-Yves Plat … C’est aussi …

Les Amuse-Gueules

actu-AFFICHEOFFICIELLE

De Rachmaninov à Piaf en passant par la Nouvelle-Orléans, vos semelles devraient vivre un mauvais moment contrairement à vos zygomatiques qui en redemanderont !

Un spectacle musical pétillant servi par un swing dont on s’aperçoit qu’il n’est pas qu’une musique mais un état d’esprit.

——

Franck Mossler (à la batterie, au washboard et au chant), Pierre-Yves Plat (piano, mélodica), Didier Marty (au saxophone, ukulele et au chant) et Didier Quéron (au soubassophone) pour une soirée qui s’annonce exceptionnelle !

Un spectacle musical pétillant servi par un swing dont on s’aperçoit qu’il n’est pas qu’une musique mais un état d’esprit.

Site internet des Amuse-Gueules

Les Amuse-Gueules ont déjà fait les premières parties de Thomas Dutronc, Sanseverino et Nicoletta. 

Site officiel des Amuse-Gueules

SPECTACLE « Carnet de notes »

affiche-carnetdenotes-lightAprès le succès de Permettez-moi en 2011, Pierre-Yves Plat est de retour avec des arrangements de plus en plus improbables et un spectacle qui se déguste en famille…

Entre comédie et conte moderne, Pierre-Yves Plat n’a jamais été aussi proche de son public.Quand le piano devient machine à écrire, toutes les plus belles histoires peuvent se raconter !

Le rideau s’ouvre, on aperçoit le pianiste, prêt à jouer. Quelques notes du Canon de Pachelbel, on se laisse emporter.. Le pianiste se retourne, il nous parle de son enfance et de comptines et nous voici en train de chanter avec lui toujours sur fond de Pachelbel. On est un peu surpris par cette entrée en matière mais très vite on accepte d’être mangé à cette sauce. C’est donc ça : le pianiste grandit sous nos yeux… il attaque avec le 2ème Prélude de Bach, on est au temps des aventures inventées et sur l’écran apparaissent James Bond, Les Blues Brothers et la Panthère Rose version film d’animation.

Un joli voyage à découvrir pour toutes les générations.

Carnet de notes est une création de la compagnie Zig Zag Création. Un spectacle imaginé par Philippe Chauveau et Mary Amat. Texte et Mise en scène : Philippe Chauveau – Interprétation et arrangements : Pierre-Yves Plat – Création lumière : Elsa Fournet – Film d’animation : Simon Astié

Booking – Extrait vidéo  – Teaser

Pierre-Yves Plat … C’est aussi …

Les Ciné-Concerts

Des séances de « Ciné-concerts » peuvent être organisées avec Pierre-Yves Plat. L’artiste a déjà eu l’occasion à de nombreuses reprises de proposer la chose sur des films de Charlie Chaplin, Georges Méliès, Harold Lloyd ou encore Buster Keaton. N’hésitez pas à nous contacter pour toute information.

Booking

EN QUELQUES CHIFFRES

Des centaines de dates de concerts chaque annéeplus de 100 concerts en France en 2016 et une vingtaine à l’international (Albanie, République Tchèque, Luxembourg, Belgique Angleterre et Belgique).

7 albums solos : Piano Solos (1996), Pourquoi Pas (2005), Récréations (2007), Permettez-Moi (2011), Passavant (2013), Hot Gamme (2014) et Qui c’est celui-là (2016) (Voir rubrique discographie)

2 One man showsClassique ou Jazz – Carnet de notes

De nombreuses musique de films (dont « Un bonheur n’arrive jamais seul » avec Sophie Marceau et Gad Elmaleh et Le Paris de Céline avec Lorànt Deutsch)

Des rencontres et des collaborations : Claude Bolling, François-René Duchâble, André Manoukian, Laurent Gerra, Nolwenn Leroy, Thomas Dutronc, Sanseverino, Gad Elmaleh, Alexandre Tharaud, Jean-Marc Luisada, Nicolas Stavy

Des télévisions : Chorégies d’Orange (France 3), le 19.45 (M6) (pour illustrer l’influence de Chopin aujourd’hui), 100% Mag (M6)

FORMATION

Né en 1980, Pierre-Yves Plat a commencé le piano classique a l’âge de cinq ans. Sa personnalité et son sens inné du rythme le portent spontanément vers le boogie, le ragtime et le stride puis vers l’improvisation, qu’il apprend auprès d’artistes aux univers aussi différents qu’Edouard Ferlet et Fabrice Eulry.

1986-2008
Formation Classique avec Marie-Claude Legrand (Professeur au Conservatoire de Boulogne)

1992-1996
Formation Jazz (Travail des harmonies…) avec Edouard Ferlet (Prix du meilleur pianiste de Jazz en 1992 à Berkelee – « Berklee Jazz Performance Award »)

1996-2002
Formation Jazz (Boogie, Rock’n roll, Rythm’n blues, Ragtime, Stride) avec Fabrice Eulry (surnommé le «Chopin du Boogie»)

2002-2003
Formation au jeu avec orchestre en Suède avec le Sighstinska Kapellet

ILS EN PARLENT…

pierreyves-plat-1144x400b

« Classique ou jazz ? Pierre-Yves Plat échappe aux étiquettes. Il a l’art d’exécuter avec un très grand sens musical et une étonnante virtuosité les œuvres du grand piano classique, faisant résonner Chopin en ragtime ou Bach en salsa… Ses improvisations malicieuses enthousiasment le public, séduit par les surprises et la fantaisie du spectacle.
Bach, Chopin, Beethoven et bien d’autres dialoguent avec notre époque sous les doigts du jeune virtuose, plein d’audace et d’humour. Un pianiste à découvrir et à suivre ! »

Claude Bolling, 2009

« J’ai eu l’occasion d’entendre Pierre-Yves Plat à plusieurs reprises, et j’ai pu apprécier la qualité de son art aussi bien en tant qu’interprète qu’en tant qu’improvisateur. J’ai particulièrement aimé l’énergie rythmique qui se dégage de son interprétation dans les différentes pièces extraites du répertoire classique traditionnel (Mozart, Bach, Beethoven, Chopin, Brahms, Liszt) en transformant progressivement ou subitement en Ragtime ou en jazz.
Je lui souhaite le plus grand succès possible dans ses spectacles. »

François-René Duchâble, 2009

« J’aime les musiciens qui ont le sens du spectacle /…/ Quant à Pierre-Yves Plat, un pianiste sensationnel, il est expert dans l’art d’introduire du swing dans la musique classique. »

Macha Méril, Point de vue – N°3351 (semaine du 10 au 16 octobre 2012)

« Le seul moyen d’être créatif, c’est d’être soi-même. Contre toute attente, les musiciens de la génération de Pierre-Yves Plat sont plus nombreux à penser ainsi que les enfants des années soixante dont je suis. Aspirer à être un musicien à la fois libre et prospère était très difficile ; aujourd’hui, le contexte est carrément hostile. Je suis donc agréablement stupéfait.
Un soir, Pierre-Yves Plat m’écoutait jouer « Nightmare Boogie » ;

« J’adore l’atmosphère de ce morceau, me dit-il.
– Ce que je viens de jouer est une composition personnelle. Mais la première phrase du thème me gêne un peu, nous l’avons entendu des milliards de fois! répondis-je.
– Justement, une fois de plus ou de moins ; quelle différence? Elle est magnifique cette phrase, c’est ce qui compte.»

Cette réponse (dont le naturel et l’évidence me laissèrent pantois) définit assez bien le musicien qu’est Pierre-Yves Plat. Assumant sa culture classique comme un atout majeur de créativité et non comme un poids, libéré des angoisses qui ont torturé les musiciens du vingtième siècle (« Tout a été dit, etc »), il a choisi en connaissance de cause une voie difficile, parce que boudée par la mode, qui ne délivre des diplômes de créativité qu’à ceux qui la servent. Peu lui importe, il sait que le seul moyen d’être créatif, c’est d’être soi-même. »

Fabrice Eurly, février 2005